Critique de l’intégrisme musulman par des musulmans progressistes

vendredi 1er novembre 2019
par  Amitié entre les peuples
popularité : 16%

Critique de l’intégrisme musulman par des musulmans progressistes

L’islam est critiqué comme toute religion par des athées. Mais il existe des musulmans - des croyants donc - qui critiquent les « dérives » de leur propre religion. Sans doute s’agit-il, pour partie, de « la sauver » mais il n’est pas sans importance de relater ces critiques.

Distinguons entre les universitaires qui détiennent une autorité académique et les anciens islamistes, dont l’autorité résulte de l’expérience et du vécu.

1) Dans la première catégorie, se trouve Abdennour Bidar, qui développe dans ses écrits comme par exemple La lettre ouverte au monde musulman une réflexion au carrefour du soufisme (ou mysticisme musulman aux antipodes du littéralisme fondamentaliste) et de la laïcité républicaine. A cette catégorie appartiennent aussi d’autres universitaires et écrivains :

- Rachid Benzine et son livre : « Les nouveaux penseurs de l’islam  » dans lequel lui-même précise les approches progressistes d’autres intellectuels et académiciens dans le monde arabo-musulman comme Abdul Karim Soroush, Mohammed Arkoun, Fazlur Rahman, Amin al-Khûli, Muhammad Khalafallah, Nasr Hamid Abû Zayd, Abdelmajid Charfi , Farid Esack

- Abdou Filali-Ansary et son livre : « Réformer l’islam ? ». Là aussi, il est question de présenter de nombreux projets intellectuels et académiques progressistes qui tentent d’opérer cette réforme nécessaire de l’islam. Vous trouverez des noms occidentaux comme des noms arabo-musulmans comme Ali Abderraziq, Burhan Ghalioun, Mohammed Abed Jabri, Aziz Al-Azmeh, Mohamed Talbi, Mohammed Chahrour, Mohamed Charfi … ;

- la sociologue marocaine Fatima Mernissi qui a mené un combat pour le féminisme dans la société civile, en dénonçant le patriarcat dans la société arabe et en montrant que l’Islam encourage l’égalité des sexes.

- L’égyptien Ahmed Subhy Mansour et ses travaux sur la critique des textes (notamment des Hadiths) et l’histoire des textes ;

2) Dans la deuxième catégorie, celle d’anciens islamistes activistes, l’on peut citer :

- Les livres de l’ex-frère égyptien, ancien cadre de la confrérie en Egypte, Sarwat Al-Kharabawi  : « Le secret du temple  » et « Le cœur des Frères : Les tribunaux d’inquisition de la confrérie » ;

- Le livre de l’ex-frère français, Farid Abdelkrim : « Pourquoi j’ai cessé d’être islamiste » ;

- Enfin citons le livre de Mohamed Louizi  : « Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans ».

Christian DELARUE et Mohamed LOUIZI