Contre les politiques de la honte, en France et en Europe, construire « une politique ouverte d’immigration ».

lundi 19 décembre 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 5%

Contre les politiques de la honte, en France et en Europe, construire « une politique ouverte d’immigration ».

Article de nov 09 après la publication du livre « Pour une politique ouverte d’immigration » (ref en-bas)
Vous avez aimé « Egalité sans frontière - Les immigrés ne sont pas une marchandise », l’ouvrage collectif de la Fondation Copernic alors vous adorerez « Pour une politique ouverte d’immigration » du Groupe « Migrations et mondialisation » du Conseil scientifique d’ATTAC France (1) .

*

Le premier a été publié en 2001 chez Syllepse et le second vient de paraître (en nov 2009), toujours chez Syllepse. Depuis 2001, la législation s’est durcie avec les lois Sarkozy. Au plan global on retrouve de nombreux points communs. « Egalité sans frontière » souligne que la fermeture des frontières est au service de la logique libérale alors que « Pour une politique ouverte d’immigration » critique en outre l’instrumentalisation de l’identité nationale contre les migrants.

Entre temps la politique xénophobe anti-migrants est devenu le cœur de la politique sarkozyste qui n’a pas hésité à constituer en mai 2007 un « Ministère de l’immigration, de l’intégration et de l’identité nationale et du développement solidaire » . Ce Ministère a conduit une très couteuse et inhumaine politique du chiffre d’expulsion . Il y aurait eu, c’est certain, mieux à faire pour une politique de civilisation !

L’Union européenne n’est pas en reste. Depuis 2001, l’Union européenne a créé en 2004 l’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l’Union, plus communément appelée Frontex, afin de « gérer » de manière intégrée les frontières extérieures des États membres de l’Union européenne. Plus récemment encore le Parlement européen a adopté la directive sur le retour des étrangers en situation irrégulière (appelée « directive de la honte ») le 18 juin 2008. Le texte fixe des règles communes en matière de départ des Etats membres des étrangers en situation irrégulière. Le maintien en rétention avant expulsion est autorisé jusqu’à un maximum de dix-huit mois. La Méditerranée devient un cimetière à migrants .

Se battre « Pour une politique ouverte de l’immigration  » suppose une conscience critique et solidaire qui se heurte à l’idéologie dominante anti-migrations. Cette idéologie dominante est non seulement celle de la « Sarkozie » et de secteurs proches mais aussi celle en quelque sorte immanente à la longue construction de l’Etat nation et plus plus récemment de l’histoire de notre République depuis 1789.

1) Il est évident qu’il y a un premier niveau de critique porté contre instrumentalisation de l’identité nationale par la présidence sarkozienne . N Sarkozy l’auteur du discours de Dakar méprisant à l’encontre des africains a recruté comme Ministre de son super ministère un N Hortefeux, auteur de la fameuse phrase raciste : « Un çà va, c’est quand il y en a plusieurs que çà pose problème ». Il en a fait un organe de la xénophobie d’Etat qui étend sa fermeté et sa rigueur bien au-delà de son ministère et jusque dans les écoles de France.

En fait, le Ministère ne s’appuie pas sur la devise républicaine Liberté, égalité, fraternité qui figure à l’article 2 de la Constitution de 1958 mais sur son article 1 . Voici ce qu’indique le site au paragraphe « Promouvoir notre identité. L’identité française est à la fois l’héritage de notre histoire et l’avenir de notre communauté nationale. La Constitution de la Ve République, à son article premier, affirme que »la France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion".

http://www.immigration.gouv.fr/spip.php?page=dossiers_them_org&numrubrique=311

Un site critique a été créé :
Institutionnalisation de la xénophobie en France
http://www.reseau-terra.eu/rubrique139.html

2) Il est moins évident mais néanmoins vrai qu’il y a un « effet de structure » issu des pratiques administratives de l’Etat nation qui se combine à une idéologie juridique qui soutien ces pratiques . S’y ajoute les principes de la Constitution (et des textes qui s’y rattachent) tels que précisés par le Conseil constitutionnel. La critique vient d’une réelle dynamique citoyenne qui bouscule les frontières. Voir :

DE LA NECESSITE DE SORTIR D’UNE CONCEPTION FERMEE DE L’ETAT-NATION
AU REGARD DE LA QUESTION DES MIGRANTS, ALLONS VERS PLUS DE LIBERTE, PLUS D’EGALITE, PLUS DE FRATERNITE
C’est le petit monde de la finance qu’il faut brider !

Christian Delarue

membre du Groupe Migrations et mondialisation

1) Ce livre publié par Syllepse a été coordonné par Philippe LIPPENS avec la participation de Martine BLANCHARD, Claudine BLASCO, François CHESNAIS, Christian DELARUE, François MARESCHAL, Igor MARTINACHE, Gustave MASSIAH, Paul ORIOL, Caroline ROBERT, Serge SENINSKY, Jasmer SINGH, Zita TRANCART et Emmanuel TERRAY. Des membres du Conseil scientifique ont assuré la lecture finale.

http://www.syllepse.net/lng_FR_srub_97_iprod_443-Pour-une-politique-ouverte-de-l-immigration.html

Réf plus ancienne : Brochure immigration Paul MUZARD du MRAP

http://www.preavis.org/formation-mr/Luttins/brochure_immigration_1-0.a5.pdf