Construire un mouvement antifasciste, antiraciste et antisexiste pour les peuples-classe d’Europe.

mercredi 5 décembre 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 15%

Construire un mouvement antifasciste, antiraciste et antisexiste pour les peuples-classe d’Europe.

Note Christian DELARUE

Les peuples-classe forment les 98 à 99% d’ « en-bas » de la population en résidence sur un territoire (1). Unir le peuple-classe est une condition de la lutte contre le fascisme montant. Cest aspect n’est pas ici évoqué mais c’est un point important, qui cependant ne saurait faire l’économie de deux antres : le racisme et le sexisme. Il y a aussi un troisième aspect qui peut s’y ajouter : l’anti-impérialisme.

On ne part pas de rien, du FSE de Malmoe à celui d’Istanbul, des réseaux de sont formés mais ils peinent à devenir « mouvement de masse ».

Dans le cadre de la riposte des peuples-classe d’Europe face aux classes dominantes et notamment face aux oligarchies politico-financières deux grands mouvements sont à soutenir.

L’un contre le fascisme montant, l’autre contre le sexisme montant.

A ce jour, ils sont séparés et de forces inégales. Mais des convergences se font jour.

- CONTRE L’EXTREME-DROITE, LE FASCISME MONTANT EN EUROPE.

1 - EUROPE : Montée de l’extrême droite : état des lieux

Jean-Paul Martin sur Le Militant

Si l’extrême droite n’est pas un mouvement politique comme les autres, c’est qu’elle renvoie au pire de ce l’histoire a pu produire au 20e siècle. En 1933, le NSDAP arrive au pouvoir en Allemagne suite à des élections démocratiques. Les démocraties d’Europe occidentales craignent donc la répétition du même processus, et cette crainte est légitime. Sans aborder l’ensemble des pays européens, un petit tour d’horizon peut donner une idée plus précise de l’ampleur de la progression et des différentes formes prise par cette mouvance politique (en laissant de côté l’Allemagne qui mérite un traitement à part).

la suite sur :

http://www.le-militant.org/Militant/Actualite_Europe/Entrees/2012/7/4_Montee_de_lextreme_droite___etat_des_lieux.html

2 - Le MRAP (Antiracisme France ) dénonce la montée du racisme à l’encontre des migrants

Depuis plusieurs mois, le racisme en direction des migrants s’exacerbe sur les parcours migratoires, au fur et à mesure que la crise économique s’aggrave.
Un terrible rapport concernant le trafic d’êtres humains dans le Sinai et alimenté par les témoignages de 130 otages et trafiquants, à été présenté le 26 septembre au Parlement Européen. Ce document complète une première étude d’envergure menée par l’ONG Physicians for Human Rights et les travaux d’un groupe d’expertise des Nations Unies. Les victimes sont des centaines de migrants en provenance de la Corne de l’Afrique (Érythrée principalement, mais aussi Éthiopie et Soudan…).

Au cours de ces derniers mois, plusieurs réfugiés ont été victimes de violentes agressions commises par des Israéliens (agressions physiques, incendies, insultes…). Des mouvements de résidents se sont constitués en comités et organisent des manifestations hostiles aux Africains. Le gouvernement israélien quant à lui véhicule des discours ouvertement xénophobes, en qualifiant les réfugiés Africains d’ “infiltrés” menacants.

Au Maroc, les associations de migrants et les associations démocratiques comme le FALDI (Forum des Associations des Luttes Démocratiques de l’Immigration) dénoncent sans relâche les actes d’exaction, d’humiliation, de délogement, d’expulsion et de violence à l’encontre des migrants subsahariens à travers le territoire, notamment à Nador (au nord du Maroc) et au quartier Attakaddoum à Rabat. Un hebdomadaire marocain, a cru bon de faire une première sur le « péril noir » avec, en arrière-plan, le visage d’un migrant subsaharien.

Quant au Liban, l’ONG Human Rights Watch sollicite une enquête sur les militaires et membres des services de renseignements qui auraient frappé et commis de sérieux abus contre des immigrés syriens, égyptiens et soudanais à Beyrouth.

Dans plusieurs pays de l’Union Européenne sont commis des actes attentatoires aux droits humains. La situation est particulièrement critique et exacerbée en Grèce, singulièrement du fait du Règlement de l’UE dit « Dublin II » (de 2003) qui prévoit qu’un demandeur d’asile ne peut voir sa demande instruite que par le premier pays d’entrée dans l’UE. Nombreux sont les demandeurs d’asile déboutés et les migrants du continent africain ou d’Asie qui convergent vers cette frontière Sud de l’UE et y restent « piégés ».

Le mardi 20 novembre 2012, une vingtaine d’associations d’immigrés africains et asiatiques se sont mobilisées contre le regain d’exclusion dont ils se disent victimes et la généralisation des violences racistes dans le pays, sur fond de crise économique.

Le Conseil de l’Europe et Human Rights Watch ont dénoncé l’impunité de ces phénomènes imputés à l’activisme du parti néonazi Aube Dorée. Au point que, récemment, l’ambassade des États-Unis à mis en garde ses ressortissants qui, en raison de leur couleur de peau, sont perçus comme des migrants.

http://www.mrap.fr/droits-des-migrants-et-etrangers/le-mrap-denonce-la-montee-du-racisme-a-l2019encontre-des-migrants

3 - Marche européenne à Athènes le 15 décembre.

Du Parlement à l’Acropole, Samedi 15 décembre 2012, le Mouvement Antiracist Européen EGAM organise, avec de très nombreuses organisations de la société civile grecque et soutenu par les principaux partis démocratiques du pays, une grande Marche européenne antiraciste, à Athènes, ce qui sera une grande première.

la suite sur :

http://blogs.mediapart.fr/blog/dianne/041212/15-decembre-marche-europeenne-athenes

- CONTRE LE SEXISME EN EUROPE

1 - Tournée de féministes en Europe

Rennes le 25 octobre 2012 : Une étape de mi-parcous .

Rencontre de féministes (avec des féministes de St Brieuc et celles de MixCité Rennes) puis meeting sur « les femmes face à la gouvernance de la »troika« (FMI, Commission européenne, BCE) ».

Les attaques de l’oligarchie politico-financière européenne, de la troïka (BCE, Commission européenne, FMI) frappe les peuples-classe et en son sein surtout les femmes, massivement les femmes. C’est ce qui fut développé par Sonia Mitralias (Grèce), Christine Vandendaelen (Belgique), Judit Morva (Hongrie) et Félicity Dowling (Grande Bretagne).

http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article2807

2 - Le retour des femmes au foyer ?

Esther VIVAS

Ramener les femmes au foyer. Tel est, semble-t-il, ce que cherchent les politiques actuelles de sortie de crise. Des politiques qui ont une claire orientation idéologique, tant au niveau économique que social.

Dans la mesure où l’on coupe dans les services publics de base, comme la santé et l’enseignement, et dans des prestations sociales diverses, comme la Loi de Dépendance, il y a tout un travail de soin, invisible mais nécessaire, qui finit par retomber, majoritairement, sur les femmes. L’attaque frontale contre un Etat Providence en piteux état, de même que le transfert du coût de la crise sur les secteurs populaire se fait sur notre dos.

Ce n’est pas pour rien que le système capitaliste se perpétue dans une bonne mesure à partir du travail domestique non salarié que nous, les femmes, réalisons surtout au foyer. Une quantité de travail énorme, non rémunéré, dont on ne peut se passer et dont le capitalisme a besoin pour subsister.

A peine arrivé au pouvoir, le gouvernement du PP avait annoncé une réduction de 283 millions d’euros dans déjà très anémique Loi de Dépendance, l’entraînant au bord de la disparition. Une mesure qui, outre qu’elle laisse quelques 250.000 personnes sans aide et rend quasiment impossible son octroi à de nouveaux bénéficiaires, a augmenté la pression sur les femmes. Les soins qui ne sont déjà plus assumés par l’administration publique retombent dans le domaine privé, dans le foyer et tout particulièrement sur les mères et les filles de personnes dépendantes. Le bien être familial se maintient par l’augmentation du travail domestique.

http://www.legrandsoir.info/le-retour-des-femmes-au-foyer.html

XX

1) Soit les pauvres, les couches modestes, les couches moyennes et une fraction des gens aisés du dernier décile.