Christine Tasin ou la République raciste ! C Delarue

samedi 16 janvier 2010
par  Amitié entre les peuples
popularité : 14%

Mme Christine Tasin ou la République raciste !

Une République raciste pour une citoyenneté limitée, rabougrie, tel le propos de Mme Tasin sur Agoravox.

Mme Tasin n’écrit pas ici (1) un article sur la démocratisation et la généralisation du droit de vote bien au contraire. Ne pas vouloir donner des droits citoyen au peuple est fort critiquable mais permis en démocratie. Le problème est que Mme Tasin dépasse le cadre républicain dont elle dit précisément se réclamer. Car la République effectivement n’autorise pas tout. Mme Tasin écrit « sans langue de bois » un texte raciste de haine des musulmans, et pas simplement des islamistes radicaux.

Dans un premier temps elle s’appuie sur les propos d’un islamiste (2) puis dans un second temps elle généralise : « Ne pratiquons pas la langue de bois, il est clair que le danger vient, essentiellement, de la communauté musulmane, la plus importante parmi les étrangers en France, parce qu’elle est à mille années lumière de nos traditions et qu’elle s’en vante ».

Cette phrase de la « républicaine » de RL plonge toute la communauté musulmane sans exception aucune dans l’archaisme et l’opprobe. Son texte essentialise et globalise toute la communauté musulmane sous l’idéologie barbare d’un islamiste radical. Voilà une méthode non seulement digne du FN mais raciste et condamnable à ce titre.

Ce texte n’est pas une critique de l’islam - c’est qui est évidemment permis - ; ce n’est pas non plus une critique salutaire des pratiques de l’islamisme radical ou intégriste, ni celui qui pointe le discours machiste et sexiste d’un ou plusieurs musulmans d’un parti. C’est un discours de stigmatisation de tous les musulmans.

*

Contre Mme Tasin, et pour la France que j’aime et que je respecte avec ses musulmans, ses juifs, ses chrétiens et ses athées, il importe de vouloir respecter les musulmans ordinaires de profil pacifique, laique et d’égalité entre hommes et femmes et qui ne se retrouvent pas dans l’islamisme intégriste ou réactionnaire. Comme il importe de faire cela pour les juifs ordinaires qui ne sont pas sionistes, défenseurs de tout ce que fait Israêl contre les palestiniens. Comme il faut respecter les chrétiens ordinaires qui ne sont pas intégristes.

Dire cela alors n’est pas interdire en France la critique ni même le blasphème . Le blasphème est ce qui reste quand le discours devient impuissant contre la montée du sacré et du religieux (3) . La laïcité de liberté religieuse impose même le maintien du blasphème pour contrer l’emprise du religieux. Ainsi on peut encore dire en France (mais des textes sont prêts pour les interdire) : je conchie les églises, les mosquées et les synagogues. Ce qui n’autorise pas les bombages racistes sur les bâtiments. On peut dire (mais pas le faire) cracher sur les voiles, les kippa, et les calottes comme sur les képis, les médailles militaires, la cocarde tricolore ! Tout dépend du contexte (4) . Car le sacré peut et doit être désacralisé pour qu’il ne soit pas imposé. Pour réhabiliter les humains, homme et femmes, il est parfois nécessaire de haïr les fétiches. On reprendre ici avec Jean Ziegler (5) et contre J Bauberot (6) la formule de Jean-Paul Sartre : « Pour aimer les hommes, il faut haïr ce qui les opprime » Et la religion même non intégriste peut et doit être critiquée en ce sens. La réaction critique n’est pas dirigé fondamentalement contre un groupe d’hommes ou des individus mais contre les mécanismes de l’oppression. L’exercice n’est pas toujours aisé. On peut toujours commettre une faute. Il faut alors rectifier le tir.

Autre chose : Mme Tasin préconise-t-elle d’ôter le droit de vote au petit monde de la finance qui plonge les peuples dans la misère pour les uns et le déclassement social pour les autres ? Ou est sa critique acerbe pour cette minorité de voleurs et d’exploiteurs des peuples.

Christian Delarue

1) Droit de vote : Martine Aubry est prête à brader la République pour séduire les musulmans

2) reportage musulman en belgique.

3) Quand la liberté de religion devient emprise du religieux, la solution est dans l’équilibration.

4) Blasphème contre le drapeau et la Marseillaise ?

5) Jean ZIEGLER : La haine de l’Occident.

6) J Bauberot aime à citer A Leroy-Beaulieu et la haine de la religion. Il le fait dans un texte récent ou il appelle à une laïcité de sang froid : « En 1902, le politologue Anatole Leroy-Beaulieu montre, dans son ouvrage : Les Doctrines de haine, l’antisémitisme, l’antiprotestantisme, l’anticléricalisme, comment, des deux côtés, on refuse le statut de »vrai Français« à ses adversaires. Pourtant, si les haines de la droite nationaliste sont assumées, la transformation de l’anticléricalisme en doctrine de haine est contraire à l’idéal républicain. Clemenceau le proclame à la tribune du Sénat : »Je repousse l’omnipotence de l’Etat laïque parce que j’y vois une tyrannie. Pour combattre la congrégation, nous faisons de la France une immense congrégation.« Et Aristide Briand prône une laïcité »de sang-froid".