CRIF, PIR, DROITES-EXTRÊMES Le communautarisme qui attise les tensions par MRAP 40

lundi 20 avril 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

CRIF, PIR, DROITES-EXTRÊMES LE COMMUNAUTARISME QUI ATTISE LES TENSIONS

par MRAP 40

La fédération des Landes du MRAP lutte contre tous les racismes, qu’ils portent sur les origines et les convictions religieuses ou non religieuses. Elle est aussi solidaire des combats contre l’homophobie.

Elle combat la segmentation des indignations, la hiérarchisation des différentes formes de racisme, leur soumission aux grilles de lecture communautaristes, c’est le message qu’elle fait passer dans ses interventions scolaires et les lieux de vie.

Il lui serait impossible de lutter contre l’antisémitisme avec des racistes anti-arabes anti-musulmans, anti-roms ou anti-noirs, tout comme il serait exclu qu’elle lutte contre le racisme anti-musulman avec des antisémites ou des homophobes.

Elle dénonce donc tous les communautarismes :

Un communautarisme dominant qui au nom du mythe des racines judéo-chrétiennes se construit contre l’autre, l’étranger, l’immigré, les fils et filles de l"immigration, les musulmans.
Les Zemmour et Finkielkraut en sont les représentants les plus agressifs, mais il affecte aussi une partie de l’appareil politique, ce qui a conduit le MRAP à poursuivre en justice des ministres de la République.

Mais le communautarisme qui se construit contre l’autre affecte aussi des groupes minoritaires contre d’autres groupes minoritaires.

Nous en donnerons deux exemples :

Le CRIF dont le Président s’est livré récemment à des déclarations stigmatisantes pour les musulmans (1)
et le groupuscule des indigènes de la république - le PIR (2)
1) LE CRIF : nous reproduisons ici le communiqué national du MRAP dont nous partageons toute l’analyse :

Ces communautaristes qui sapent le vivre ensemble.
Sur Europe1, le lundi 23 février 2015, Roger Cukierman, Président du CRIF, déclarait « toutes les violences aujourd’hui sont commises par des jeunes musulmans ».

Cette déclaration scandaleuse et stigmatisante faisait de la violence une spécificité musulmane ; elle incitait donc à la haine.

Dans la même émission, il considérait que Marine Le Pen est "irréprochable personnellement », Ce label de respectabilité s’appliquait à celle qui le 27 janvier 2012, faisait le pas de deux dans le bal annuel des corporations pangermanistes, grand raout annuel de la peste brune européenne, ceci le jour même de la « Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste ».

Déjà en 2002, lors des élections présidentielles, Roger Cuckierman formulait une effarante déclaration raciste dans le journal Haaretz affirmant que le vote Le Pen constituait « un message aux musulmans leur indiquant de se tenir tranquilles »

Dès lors une question doit être posée : comment les premiers représentants de l’État ont-ils pu représenter la République dans un dîner annuel du CRIF dont le président venait de faire une telle déclaration attisant la haine raciale.
Leur présence dans ce dîner devenait alors la caution officielle des débordements communautaristes du président du CRIF et de son mouvement. Cela ne peut qu’entretenir d’autres comportements communautaristes, antisémites ceux-là.

En cette période dramatique, après la tragédie de Charlie et de l’épicerie Casher, après le saccage d’un cimetière juif, après les nombreux actes anti-musulmans, il y aurait tant besoin d’un message rassembleur !

Ni le Président du CRIF, ni les officiels présents n’ont aidé à ce message.

S’il y a eu un esprit du 11 janvier, le Président du CRIF et ses invités sont apparus comme ses fossoyeurs quelques semaines plus tard.
Il nous appartient de réaffirmer l’urgence de la lutte contre toute les formes de racisme, sans hiérarchisation, sans concurrence communautariste mortifère pour le vivre ensemble. ....

Paris, le 24 février 2015)

Suite sur :

http://www.mrap-landes.org/spip.php?article603