CONTRE LA PUBLICITE SEXISTE, contre la prostitution mais pas contre le sexe et le sexy.

vendredi 27 mars 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

CONTRE LA PUBLICITE SEXISTE, CONTRE LA PROSTITUTION MAIS PAS CONTRE LE SEXE ET LE SEXY.

PREALABLE

Les personnes qui défendent la prostitution se disent « pro-sexe » et nous serions des « coincés du sexe » (pour être poli). Ce qui n’est pas le cas (de tous).

Sur ces questions, je signale que la personne privée (vie privée) ne tient pas forcément les mêmes propos que la personne publique (le militant). Il y a une différence dans les propos. Par exemple, pour mes textes publics, je remplace souvent le mot « amour » (ou autres petits mots intimes de cet ordre) par celui de « respect » pour tenir compte des autres modes de sexualité moins centrés sur le couple, modes qui forment une alternative, comme la masturbation, à la prostitution. Le respect est une notion importante dans la théorie du double regard contre le réductionnisme (1) : le regard de désir sur un être sexué (concupiscent disent certains) est doublé d’un regard de dignité qui pense aussi à l’humanité de l’autre.

Je m’exprime aussi car j’ai rencontré des personnes qui pratiquaient « la sexualité de groupe », ce qui diffère largement des personnes qui peuvent en avoir simplement le phantasme mais qui ne le pratiquent pas, jamais. Or ces personnes, hommes ou femmes, ne pratiquaient pas la prostitution. Mais ils avaient une sexualité non orthodoxes quoiqu’ hétéronormée souvent (mais comme beaucoup).

QUESTIONS

Jusqu’ou va le féminisme à propos de sexualité ? Une réflexion m’est faite que je reproduis : « Est-ce que le féminisme veut tout interdire ? » Outre la prostitution et les publicités sexistes ?

Il ne faut pas oublier que le féminisme est divisé. Il y a donc des féminismes.

THEMES :

- Le féminisme est-il par exemple contre le NUDISME ? Non sauf celui venant des secteurs intégristes des religions. Est-il contre le SEXY, contre les artifices féminins qui augmentent l’attractivité sexuelle de la femme ? Il y a les artifices mobiles (que l’on peut mettre et enlever aisément) et ceux structurels (avec opérations chirurgicales). Là effectivement on trouve de tout et même des positions violentes. Il existe des femmes critiquant les femmes qui s’habillent de façon sexy (selon les autres souvent). Cela va jusqu’à l’insulte ou presque (à peine euphémisée) : « tu vas gagner ton salaire ce soir » ! (Vrai). Ces procédés odieux sont d’autant plus contestables que les femmes sexy peuvent être aussi féministes. Ces dernières aiment être sexy librement, « quand elles veulent comme elles veulent », (selon les circonstances) sans pour autant s’estimer indigne, sans estimer perdre des libertés (bien au contraire), sans vouloir perdre l’égalité avec les hommes. Certaines sont radicalement contre le sexy - surtout le féminisme venant des religions à forte composante sexoséparatiste. De ce fait il existe un autoritarisme intégriste qui ne saurait se réclamer du féminisme qui s’emploie à interdire tout ce qui est sexy : décolletés, bas nylons, talons hauts, etc.... On est là face à une entreprise intégriste de type totalitaire.

- Le féminisme lutte depuis fort longtemps contre les PUBLICITES SEXISTES. Mettre une femme nue devant un pot de yaourt pour le faire vendre est sexiste. Là il n’y a pas division. Ce n’est pas en général le nu en soi qui est contesté, sauf pour certaines qui sont radicalement contre tout ce qui exhibe la femme plus que l’homme et pour quelque motif que ce soit. Il y a donc débat. Certaines admettent les publicités de string, de collants, de chaussures à talons hauts, de sous-vêtements féminins légers ou érotiques ou la femme est peu habillée pour peu que ce soit naturel et que ce soit en lien net avec l’objet à vendre. D’autres non. On débouche là sur un refus de toute publicité marchande.

- La PROSTITUTION fait plus encore objet de débat . Un féminisme milite pour la reconnaissance du « travail du sexe » et un statut pour les « travailleuses du sexe ». Un féminisme conteste cette notion : ce n’est pas un travail , c’est du viol, de la location-viol (ou du viol-location dit Joel Martine). Ce féminisme est subdivisé car des abolitionnistes luttent contre la prostitution mais surtout contre le proxénétisme sans viser le « client » alors qu’un autre, plus conséquent (néo-abolitionnistes), vise les proxénètes et « clients » car ces derniers sont des prostituteurs, car ils mettent réellement en oeuvre un pouvoir sexuel assimilable à du viol contre les femmes via l’argent (la location-viol des trois orifices).

- La PORNOGRAPHIE est visée par les féministes au titre de l’assimilation à de la prostitution soit la « location-viol des trois orifices ». Le critère n’est donc pas la vue du sexe masculin ou féminin. Ce critère vaut conventionnellement pour l’interdiction aux mineurs. Mais il y a place pour autre chose. Il n’est pas interdit la production de dessins (mangas), de photos ou même certains films pour la masturbation, sauf pour les mineurs, là ou il n’y a pas de prostitution filmée. Il existe des couples, hétéro ou homo, qui se connaissent et qui travaillent ensemble pour des films. Ce n’est plus de la prostitution filmée. Il y a donc là une fenêtre d’ouverture pour permettre des films de sexe sans oppression des acteurs et actrices.

- Reste à savoir ensuite si il y a HUMILIATION ou pas. L’éjaculation faciale n’est pas une pénétration mais on comprend aisément qu’elle puisse être refusée par des actrices militant pour un « autre porno ». Se masturber à la vue de seins, d’un sexe (rasé ou non - féminin ou masculin), de fesses en string, etc... est plus difficile à interdire aux adultes. L’interdire serait empêcher autoritairement toute sexualité de masturbation . Société totalitaire. Mais pour certains la bonne sexualité est faite que de caresses et pas de monstration du corps. On fait alors l’amour exclusivement sous les draps, et sans artifice, comme du temps de la répression de la chair par la religion (celle dominante en France mais pas qu’elle). Il y a là forte entreprise de réduction de la sexualité et de ses plaisirs. Thanatos contre Eros.

Christian DELARUE

Notes :

1) La théorie du « double regard » de C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-theorie-du-double-regard-de-C

ou

Le réductionnisme comme mécanisme d’oppression sexiste et/ ou raciste. C Delarue

http://amitie-entre-les-peuples.org/Le-reductionnisme-comme-mecanisme

source :

http://blogs.mediapart.fr/blog/christian-delarue/260315/contre-la-publicite-sexiste-contre-la-prostitution-mais-pas-contre-le-sexe-et-le-sexy


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)