« Bâchage » doublement agressif, pour les femmes qui le subissent et pour la société qui supporte cette déshumanisation.

dimanche 3 avril 2016
par  Amitié entre les peuples
popularité : 6%

« Bâchage » doublement agressif, pour les femmes qui le subissent et pour la société qui supporte cette déshumanisation.

9 FÉVR. 2016

CONTRE L’ INTEGRISME RELIGIEUX SEXOSEPARATISTE - La « gauche régressive » nie l’intégrisme religieux et ses pratiques oppressives de type sexoséparatiste dont l’imposition de l’hypertextile est le fait visible
- 

La « gauche régressive » (Maajid Nawaz), à la différence de la gauche d’émancipation (1), nie l’intégrisme religieux (et même les degrés et formes diverses de positionnement religieux réactionnaire) au sein de l’islam alors qu’elle le reconnait souvent pour les autres religions, ce qui a d’ailleurs pour biais de compensation militante de voir d’autres à gauche mener eux cette critique abandonnée.

Porter un intérêt à l’intégrisme religieux amène à se préoccuper de façon générale du séxoséparatisme « hard » (réclusion des femmes à la maison) et « soft » (voilage complet et sombre ou non) et de façon particulière de la « question textile » (soit la question des vêtements des femmes) et ce en terme, allant d’un extrême à l’autre du spectre textile, de hypertextile (soit un corps très couvert, notamment les bras, les jambes, le décolleté et même le cou et les cheveux) ou d’hypotextile (nudisme ou le string seins nus) à l’autre bout du spectre textile. On dira que si le relativisme culturel présent au sein d’une certaine gauche admet l’hypertextile alors l’hypotextile devrait lui aussi être possible et admis. Eh bien c’est loin d’être évident. Le multitextile n’est pas défendu par la « gauche régressive ».

C’est que les intégristes religieux ont un problème sérieux avec le corps féminin qu’ils ne supportent absolument pas de voir ! Ces femmes trop libres sont de « mauvaises croyantes » qui risquent, de leur propre faute, de subir violences sexistes et viols. Car elles sont trop tentatrices. Et paradoxalement, plus elles sont couvertes et plus les hommes les surveillent.

Ces hommes risquent de désirer ce qui est (déjà), en soi, mauvais (selon eux) et ils risquent (en plus) de ne pas savoir gérer cette attirance. Il y a là un effet cumulatif qui porte sur les femmes l’entière responsabilité du jeu social de la séduction et de sa transgression par la violence, ce qui aboutit à l’interdiction totale (et totalitaire) de tout jeu social de séduction passant par le corps, les formes, etc… qui doivent perdre tout liberté de s’habiller comme elles veulent en devant se « bâcher » constamment, chaque jour, tous les jours, du jeune âge au grand âge.

Pourtant dans les sociétés à dominante sexoséparatiste et hypertextile, les hommes ne cessent de regarder, de s’approcher, de se baisser pour voir ce qui peut échapper. Le fait pour les femmes de se couvrir massivement le corps et de façon sombre et même de s’enlaidir ne réduit en rien le besoin des hommes de regarder. Le désir n’est pas intégré à l’équilibre individuel et la séduction n’est pas reconnue socialement comme élément normal d’une société civilisée fondée sur la sollicitation respectueuse de l’autre, hétérosexuel ou homosexuel, ce qui est à proscrire étant au-delà, comme le harcèlement de rue, l’injure sexiste, etc. . . Hors, c’est dans ces domaines, qu’il y a à agir, prévenir, éduquer, punir le cas échéant, et pour tous ici (pas que les intégristes religieux).

Qui défend dans cette gauche la position suivante, qui tient du parallélisme des formes, "Pas d’exhibitionnisme du nu (ou presque - disons le string seins nus) pénalisé si pas de pénalisation de l’exhibitionnisme religieux correspondant à du gros voilage hypertextile, de l’hypertextile non neutre car quasiment partout les intégristes musulmans l’imposent, tout comme d’ailleurs les intégristes juifs haredim.

Et pourtant, c’est du vrai « bâchage » (Stephane Saint Léger) doublement agressif, d’une part pour les femmes qui le subissent et d’autre part pour la société qui supporte cette déshumanisation. On me dit « bâchage » est insultant pour les personnes librement voilées (mais fatalement complice) or le « bâchage » est une action individuelle particulière et même surtout un processus collectif hyperpatriarcal mondialisé (et pas une personne) que l’on peut donc dénigrer, rabaisser, réduire à l’état de chose sans valeur. Le voile n’a pas à être fétichisé, survalorisé. Par contre les personnes qui portent un voile sont bien des personnes à respecter (principe de dignité humaine). Mais ce respect à la personne n’oblige en rien à un respect plus large des pratiques de ces individus. Jamais !

Toute pratique humaine peut être objet de critiques diverses, surtout celles qui s’apparentent d’assez près à ce qu’imposent les intégristes religieux. Ce processus de « bâchage » est trop lourd, trop oppressif, trop mondialisé car l’intégrisme religieux sexoséparatiste s’est bien mondialisé et on ne saurait l’ignorer.

Christian DELARUE

La gauche d’émancipation ne sous-estime pas le sexoséparatisme des intégrismes religieux.
http://amitie-entre-les-peuples.org/La-gauche-d-emancipation-ne-sous

Pour une sécularisation des religions - CH Cuin in Libération
http://www.liberation.fr/societe/2010/03/03/pour-une-secularisation-des-religions_612989

La menace intégriste contre la culture française de sécularisation avancée et de sociabilité. C Delarue - Amitié entre les peuples

http://amitie-entre-les-peuples.org/La-menace-integriste-contre-la-culture-francaise-de-secularisation-avancee-C


Brèves

30 août 2016 - Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes

Le sexo-séparatisme est une ségrégation sexuelle contraire à l’égalité entre hommes et femmes - (...)

26 janvier 2016 - Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles

Repères contre le racisme, pour la diversité des apparences-différences textiles et la solidarité (...)