BZH / La « mentalité de domination » de ceux qui s’y complaisent. C Delarue

jeudi 30 août 2012
par  Amitié entre les peuples
popularité : 3%

La mentalité de domination de ceux qui s’y complaisent.

Chritique de la « mentalité héroique » des puissants méprisants.

Erich Fromm, mon maître si je puis dire ainsi, ne posait pas des sages contre les sots, des humains bons contre des méchants. Il voyait les humains comme en contradiction du fait des conditions néfastes de vie en commun. Pour lui, il fallait tant que faire se peut éviter de tomber trop souvent du côté régressif. Il fallait donc à fortiori éviter de se complaire dans la domination d’autrui. Ce que font les dominateurs cyniques de l’extrême-droite sous le nom de « mentalité héroïque » (1). Cette « mentalité héroïque » défend l’élite contre le peuple-classe, la « plèbe » moderne.

Breiz Atao écrit  : « La mentalité héroïque ne conçoit pas le monde comme une matière à partager. Ce n’est pas là le bien qu’elle cherche à étreindre. L’héroïsme est la qualité des êtres qui tiennent l’esprit pour supérieur à la matière et font de la quête spirituelle le véritable objet d’une vie. Le héros classique, à la manière celtique comme à la manière grecque, veut démontrer ses qualités par l’exemple, la valeur par l’épreuve. La mentalité héroïque tient l’honneur comme la véritable monnaie humaine, l’honneur qui n’est point l’orgueil. » Quelle glose dépourvue de sens !

Le contenu devient plus net ici : « Ils sont peu mais valent bien plus que toutes les masses inspirées par le démocratisme populiste qui n’est jamais qu’une coalition d’intérêts antagonistes. Une phalange héroïque animé d’un même idéal écrasera de son génie et de sa volonté la plèbe d’apparence égalitariste menée par des démagogues. » Mépris de classe des élites, refus de l’égalité, de la démocratie. Beaucoup de choses typiques de la mentalité fasciste chez ce groupuscule breton.

Si la mentalité est ce qui structure la pensée (ainsi qu’il est écrit) alors la mentalité du partage est celle de l’amour qui pose l’autre comme différent (y compris dans l’homosexualité) mais égal. L’amour érotique est toujours plus qu’un échange de plaisirs mais un partage .

Passant à un amour plus large - moins érotique - on trouve toujours du « prendre soin de » comme caractéristique première (Fromm, Filliozat, etc) ce qui ne va pas sans une forme de vigilance à soi et à l’autre. Ce scrupulum - le caillou qui gêne dans la chaussure - implique une forme de pardon donc de retour sur soi par rapport à l’autre blessé si l’on a manqué à cette vigilance de l’amour.

Comme cet amour se déploie dans un contexte ou la domination existe on peut poser qu’il n’existe pas d’humain en congruence totale ie des sages sans contradiction. Il n’y a que des personnes qui la cherche. Fromm disait qui s’abstiennent de tomber trop souvent du côté de la destructivité, du mal . Une histoire de discipline personnelle mais pas de discipline imposée. Dès lors, si de la domination s’insère dans un cadre amoureux de partage et de « prendre soin de », ce ne peut être que sous la forme euphémisée du jeu intime qui plait à chacun et non dans l’espace plus large tant privé que public.

La mentalité héroïque de « l’homme de la tradition » est celle de la domination des faibles et de la destruction mortifère de la vie dans sa diversité. Elle s’accommode d’une idéologie toute spencérienne de l’inégalité des humains et de la lutte pour la vie ou les forts imposent leur joug sans limite. La loi ne vient jamais protéger le faible. On sait, pour qui a lu Patrick Tort, que le darwinisme social est une extension illégitime aux humains de ce qui est naturel aux animaux. Quand le groupuscule breton Breizatao dit que la mentalité égalitaire s’oppose à la réalité humaine, il se trompe foncièrement. Chez les humains ce sont les « instincts sociaux » qui prévalent, ceux de sympathie et d’aide pour les faibles. Chez les humains, la civilisation sélectionne ce qui s’oppose à la sélection. La civilisation tend vers l’égalité dans la liberté et vers la liberté dans l’égalité. La mentalité héroique n’est elle que l’avatar de la barbarie.

Quittant Patrick Tort pour Erich Fromm on remarquera qu’hélas les humains peuvent faire pire que les animaux en matière de destruction et de barbarie. Toutes les formes de fascisme rassemblent les adeptes virils de la domination crue qu’ils placent sous le beau mot d’honneur ! Il ne s’agit pas de réaliser de grandes choses humaines bien visibles telles que des palais somptueux que de réaliser la concorde et la diversité des cultures. En ce sens l’esprit de fraternité dans un cadre laïque permet de réaliser « l’égaliberté »

Christian DELARUE

1) Notre mentalité héroïque

http://breizatao.com/?p=9900