Après le phénomène « Greta Thunberg » capitalo-écologisme ou ecosocialisme ?

samedi 31 août 2019
par  Amitié entre les peuples
popularité : 10%

Après le phénomène « Greta Thunberg » capitalo-écologisme ou ecosocialisme ?

Si ecosocialisme est parfois vu comme un « signifiant vide » (dit-on parfois même si on trouve du contenu : M Lowy) , j’estime que biens communs est insuffisant et relativement compatible avec le système capitaliste : signifiant modéré je dirais. Quant au capitalisme vert c’est du capitalisme d’abord avec sa logique profonde et ensuite, sur ces questions, de l’extractivisme et du développement la technologie comme solution proposée mais toujours une exploitation de la nature et des travailleurs et travailleuses. Il y a aussi la libéralisation des échanges au profit des grands investisseurs internationaux.

- Greta Thunberg : Critique et hystérie collective

Bien sur qu’on a le droit de critiquer Greta Thunberg - c’est absolument certain - mais le problème c’est la critique particulèrement sévère - et parfois particulièrement haineuse et acharnée (j’ai subi cela aussi alors je sais de quoi je parle mais j’ai plus de 4 fois son âge) de cette jeune personne. Et là en plus d’être sévère mais individuelle, elle est collective et comme dit l’auteur (qui ?) on a alors une « ’histoire d’une hystérie collective » qui correspond à une sub-culture du dénigrement dure « à la française ». Manque de respect et de bienveillance y compris face à ses adversaires politiques. Elle est très jeune quoique brillante cette Greta Thunberg !

lire :
Greta Thunberg : l’histoire d’une hystérie collective — M. Mondialisation
https://www.legrandsoir.info/greta-thunberg-l-histoire-d-une-hysterie-collective.html#forum161891

- Et après ?

Ou en est-on depuis « La nature n’a pas de prix » (LLL 2012) avec le sous-titre « les méprises de l’économie verte » ?

Peu d’avancée. Très peu.

L’ouvrage d’ATTAC cité ne parle ni d’anthropocène, ni de capitalocène, ni d’industrialocène, soit les trois grandes conceptions de la collapsologie -présentées à tous et toutes, riches ou pauvres - que l’on évoque massivement de nos jours (la première surtout beaucoup moins la seconde) avec souvent catastrophisme à la clé et entreprise de survivalisme rural individuel comme conséquence . Par contre l’échec de la finance carbone est souligné (Page 75 et 76). Il l’est toujours. Quand à l’agro-industrie, elle produit toujours les plus forts taux d’émissions de gaz à effet de serre. De passer de la voiture au scooter ou au vélo c’est bien mais c’est très insuffisant.

Christian DELARUE

JPEG - 84.2 ko


Brèves

27 avril - UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo

UE : Refus du travaillisme - RTT 30H hebdo
https://www.facebook.com/groups/331158090917542/

30 mai 2010 - TravaillismExit - RTT partout en Europe !

TravaillismExit - RTT partout en Europe !
https://www.facebook.com/events/1730316523900013/