Antisionisme non raciste, et au cas précis non antisémite, contre antisioniste raciste !

mercredi 11 novembre 2015
par  Amitié entre les peuples
popularité : 8%

Antisionisme non raciste, et au cas précis non antisémite, contre antisioniste(s) raciste(s).

On ne saurait confondre.

Il y a à l’occasion de ce procès intenté contre les « deux de BDS 34 » ( accusés de racisme sur facebook) des violences verbales et même des menaces inouïes des partisans des deux militants BDS afin de faire pression contre les directions de la LDH et du MRAP et les membres actifs proches, car elles seraient des traitres à la cause de l’antisionisme, des traitres à la cause de la solidarité avec le peuple palestinien.

- CAMPISME DANS L’ANTIRACISME !

Avec cette logique de guerre, l’antiracisme devrait donc se caler sur un camp, sur un bloc en présence, soit du côté des sionistes soit du côté des antisionistes.

Ce campisme est beaucoup plus odieux en matière d’antiracisme qu’il ne l’est en matière d’anti-impérialisme (moins grave). Pour un antiraciste universaliste pas de logique de bloc ici. L’antiracisme indivisible lutte contre toutes ses formes sans se caler sur un camp. Difficile car on subit la haine des deux camps.

- LUTTER CONTRE DEUX FRONTS est difficile !

J’ai connu ce genre d’attaques violentes de la part d’individus qui refusaient que je critique l’intégrisme musulman alors que que je critique par ailleurs 1) l’islamophobie comme racisme anti-musulman (et ce depuis longtemps) et que je critique aussi 2) d’autres formes d’intégrisme religieux (le juif haredim notamment et les cathos réacs aussi). Cette critique de l’intégrisme serait pour certains une forme de trahison insupportable à la communauté musulmane conçue comme un ensemble quasiment homogène ou les intégristes et les autres doivent pareillement être protégés de l’islamophobie. Eh bien non !

Notez qu’il y a un point commun - qui est l’islam - entre intégriste(s) et non intégriste(s) mais aussi des différences, des interprétations différentes de l’islam, et c’est pour cela qu’il faut critiquer les uns et protéger les autres sur la base de la différence d’interprétation de la religion. Notez que la critique de l’islam humaniste et progressiste est possible mais cette critique est bien différente de l’islam intégriste !

Dur travail que de critiquer les intégrismes religieux ! Très difficile ! Je continue pour ma part de récuser cette mise en communauté englobante fausse de tous les musulmans. Je vois cela comme un processus de racialisation, soit de la racisation à des fins défensive globale, y compris les pires intégristes.

Christian DELARUE