A Rennes, riposte au FN et aux manifs réactionnaires - C Delarue (MRAP 35)

dimanche 16 février 2014
par  Amitié entre les peuples
popularité : 18%

A Rennes, riposte au FN et aux manifs réactionnaires
09 février 2014 | PAR Christian DELARUE MRAP 35

La période récente a vu un flot massif de manifestants de droite « anti-hollande » sur des bases conservatrices et réactionnaires les plus diverses. Un cumul de refus et de « colères ». La colère de Rennes est la première riposte à cette tendance lourde des intégristes, des identitaires de tout bord et autres homophobes.

Le refus du FN et de tous les groupes réactionnaires ou fascistes qui s’y rattachent s’est manifesté avec vigueur ce samedi.

XX

La salle ou le motif apparent

La salle attribuée - légalement - par la mairie - la salle de la Cité, salle de meeting proche des locaux de la CGT il y a peu - a choqué de nombreux citoyens et citoyennes, de tout âge (pas que des 20 à 45 ans bien sportifs), des personnes pourtant fort peu disposées par ailleurs à pratiquer l’exercice physique, à l’image des anarchistes mieux habitués, contre les nervis du Fn, du Gud et autres identitaires catho-laiques présents à proximité.

Le préfet n’ignorait pas la riposte prévue et comme on le dit en droit, le « trouble à l’ordre public ». Le journal Ouest France en avait fait un « papier ». Il en a peut-être sous-estimé l’importance et la détermination et a préféré en tout cas envoyer la police , massivement présente.

XX

Les modes de riposte

Trois lieux de rassemblement étaient prévus : la place des Lices au sud et la place St Anne au nord et à proximité et, beaucoup plus loin de la « zone sensible », la grande place de la Mairie qui recevait le gros des manifestants. Difficile de donner un chiffre pour l’ensemble des manifestants !

Marine Le Pen fustige le lendemain (cf Figaro) des « milices » gauchistes contre son parti. Mais le FN n’ignorait pas l’existence de ces rassemblements et, bien evidemment, il a recruté dans son arrière-cour, les milices fascistes pour l’affrontement contre les autonomes cagoulés anti-fascistes. Il ne faudrait pas oublier cela, histoire de nommer « fascistes » tous les anti-fascistes selon une rhétorique d’inversion assez connue à droite comme à l’extrême-droite. Ce ne sont pas l’ensemble des manifestants anti-FN qui sont allés casser des vitres de magasin, renverser des autos, etc... même si certains autonomes antifascistes n’ont pas manqué d’y aller. Preuve en est le petit nombre d’arrestations : quatre (à vérifier) ! Et ce n’est sans doute pas une histoire de « consigne » de M Valls comme on peut le lire ici ou là !

XX

Le FN, un parti extrêmement nuisible !

Mais voilà, le FN, ce n’est pas n’importe quel parti. Et donc, nombre de français et autres résidents rennais se sont mobilisés.

Ils ont ce faisant refusé le risque et le danger du FN, de son nationalisme xénophobe, de son racisme variable mais maintenu, de sa haine homophobe.

Voir les vidéos :

Meeting du FN à Rennes : une manifestation antifasciste dégénère

http://www.leparisien.fr/politique/rennes-une-manifestation-antifasciste-degenere-en-marge-d-un-meeting-du-fn-08-02-2014-3572777.php

Manifestation. Des affrontements en marge de la manif anti-FN à Rennes

http://www.ouest-france.fr/meeting-du-fn-plus-de-200-manifestants-dans-la-rue-1916509

et sur Médiapart :

Une manifestation contre le FN dégénère à Rennes

http://www.mediapart.fr/journal/france/090214/une-manifestation-contre-le-fn-degenere-rennes